Submitted by MGASSAMA on Mon, Aug 21 2017 16:12

Seydi El Cheikh

Biographie Seydi Mouhamed El Cheikh

De son vrai nom de famille Cheikh Ba, l’homme au nom mystique de Seydi Mouhamed El Cheikh est né le 10 Avril 1983 à Saint-Louis du Sénégal, dans une famille ‘’Khadriya’’. Il serait le seul membre de cette famille qui n’aurait pas adhéré à cette confrérie au profit de la « Tijânia » où il est devenu un Khalif primordial. Sa mère est la pieuse Seyda Binta Fall, et son père, Abdallah Kader Ba. Durant son enfance, le jeune Cheikh a eu à fréquenter les écoles coranique et française. Il a également suivi des études scolaires jusqu’à la troisième secondaire. Très jeûne, sa spiritualité reflétait un avenir prometteur dans la mesure où il voyait le Prophète Mouhammad (P.S.L) en rêve, de même que beaux nombres parmi les élus d’Allah. À ses 13 ans, il reçut même du Prophète le « ismu lâhil Ah’zam » (100ième Nom divin) lors d’un rêve, avec un nombre usité à réciter journalièrement. C’est lors de ce rêve qu’il entendit le Prophète (P.S.L) l’appeler par Seydi Mouhamed EL Cheikh pour la première fois.

Devant cette ébauche spirituelle luxuriante, Cheikh ne racontait rien de ses rêves ni des formules secrètes qu’il recevait des habitants de Ghaïb, plutôt, il se dissimulait de son entourage et confia plus tard que : « Comme à ce moment on interdisait aux enfants de détenir un chapelet, je dissimulais le mien dans ma poche et attendais d’être à l’extérieur de la maison, pour m’en servir ».

 En 1997, débuta son parcours mystique à proprement parler. Au cours de cette année correspondant à ses quatorze ans (14 ans), il rencontra sous un arbre, le souverain des élus, Mawlâya Cheikh Tijâni, accompagné du ‘’Qutbul Aqtâb’’ Cheikhou Oumar Foûtiyou à Misra de Sor, dans une zone un peu abandonnée et éloignée de la ville.

À propos de cette rencontre, il raconta : « Lorsque je sortais vers la forêt de Misra, c’était pour faire discrètement le zikr de ce nom d’Allah (100ième nom). J’étais ainsi assis au niveau de la borne. L’arbre se trouvait à ma droite et j’ai commencé à faire le « zikr » du nom divin. Au moment où j’ai atteint la 107ième perle, j’ai aperçu une sorte de poussière jaillir. Lorsque j’ai tourné la tête, cela ressemblait à un tourbillon de sable alors que le climat était calme auparavant. Peu de temps après, une brise fraîche m’envahit alors qu’il faisait chaud. Lorsque cette brise m’a envahi, j’ai pensé que c’est le nom divin que le Prophète m’avait donné qui faisait ce miracle. Mais soudain, j’entendis une voix qui m’est étrangère, avec une résonance spirituelle exceptionnelle. J’ai aussitôt su que je n’avais jamais entendu une voix d’une telle tonalité. En effet, cette voix m’a interpellé par : « Seydi Mouhamed EL Cheikh ». Un son qui a fait vibrer tout mon être, de ma tête jusqu’à l’extrémité de mes pieds. J’ai tourné la tête pour voir à ma droite, lieu de provenance de l’appel, et j’aperçus une personne avec une noblesse et une grandeur jamais vues. Cette personne vêtue d’un manteau rouge, avait accroché un chapelet autour de son cou et dans sa main, il tenait un autre chapelet. Sa barbe était rayonnante, il avait enroulé sur sa tête un turban très large, sa chevelure lui tombait sur les épaules, ses moustaches brillaient. À côté de lui, j’aperçois un homme que je reconnaissais car je voyais ses photos : c’était Cheikh EL hâji Omar Foutiyu Tall. Ce dernier était vêtu d’une djellaba blanche et son front était si rayonnant qu’il ressemblait à un miroir. Ce qui m’intriguait par contre était l’homme au manteau rouge avec une chemise blanche à l’intérieur, qui m’appela une seconde fois par « Seydi Mouhamed El Cheikh ». J’ai alors tourné la tête pour le regarder. Il me pointa du doigt pour me faire signe de venir vers lui. Mais là, j’ai réfléchi en disant que comme je suis venu dans cet endroit isolé pour faire le zikr de ce secret que le Prophète m’a donné jusqu’à l’apparition de ces deux personnes, même si je reconnais l’une d’entre elles, mieux vaut que je me sauve pour rentrer chez moi, afin de ne pas perdre la tête ici. Lorsque j’ai voulu partir, j’ai senti une force qui me maîtrisait et qui tourna mes pieds pour les diriger de force vers cette étrange personne. Je marchais involontairement donc pour aller à sa rencontre. Lorsque je suis arrivé devant lui, il me somma de tendre la main et ajouta : « Ne sais-tu pas que si j’ai besoin de faire venir quelqu’un vers moi, je ne l’appelle pas en personne mais c’est son âme que j’interpelle. C’est pourquoi, qu’il le veuille ou non, il viendra me répondre car c’est son âme qui le contrôle et qui le conduira jusqu’à moi ». Lorsque j’ai tendu la main et que je l’ai pointé du regard, il récita la Fâtiha et la Salâtoul Fâtiha sur le chapelet blanc que je détenais, après quoi il le posa sur mes mains. Il me dit : « Je suis Mawlâya Cheikh Ahmad Tidjâni Chérif ; à partir d’aujourd’hui, je te donne le wird et l’autorisation sur ma Tarîqa qui est la Tarîqa Tijâniya. Cheikh El hâji Omar ici présent est mon témoin. Et je t’octroie une autorisation mystique particulière (iznul Qâç) par laquelle affilies qui tu veux, et soustraits-y qui tu voudras d’ici jusqu’à la Mecque ». Après ceci, il récita la Salâtoul Fâtiha. Il me confirma également que : « le nom qui est ‘’ Seydi Mouhamed EL Cheikh’’ c’est à la fois moi, le Prophète et Dieu swt qui te l’ont nommé : c’est ton véritable nom. Quiconque implore [par ta bénédiction] qu’il utilise ce nom ». Lorsqu’il a terminé, je l’aperçois en compagnie de Cheikh Elhaj Omar retourner au ciel, par le nuage de lumière par lequel ils étaient venus. »

À l’issu de cette rencontre donc, Seydi Mouhamed El Cheikh venait de recevoir la lumière de la Tarîqa Tidjaniya, cet après-midi du 10 avril 1997, dans cette Forêt de Misra. Il venait juste d’avoir 14 ans. Cette rencontre explique aujourd’hui toutes ses motivations dans le labeur de redorer le blason de la tarîqa « Tijânia ».

Depuis ce jour Seydi Mouhamed El Cheikh n’a cessé de voir Mawlâya Cheikh chaque jour qui passe. Ses disciples s’étaient accoutumés à faire sous cet arbre (voir image ci-dessous) une « tarbia » de 70 « salâtoul fâtiha » à son honneur.

"SW

La place de cette rencontre n’était pas le fruit du hasard. Elle a été bien choisie vu que cet arbre était parmi les éléments du monde inconnu ’’ Ghayb’’ et renfermait une intéressante réalité dans l’histoire sainte (Voir Maouloud 2009). Mawlâya Seydi Mouhamed EL Cheikh nous informa également qu’il n’est plus nécessaire d’y retourner pour des raisons habituelles puisque le secret a été déplacé aux cieux.

Cette mémorable rencontre avait transformé Seydi Mouhamed EL Cheikh.  Isolé, il vivait intensément les réalités de la lumière que lui avait confiée Mawlâya Cheikhou Tijâni, sans que personne ne soit au courant. Son entourage commença alors à se poser des questions à propos de son attitude distante vis-à-vis de l'école et de son isolement au sein du foyer familial. La fréquentation des mosquées, prières surérogatoires et zikrs, étaient les priorités de Seydi Mouhamed El Cheikh. Il ne faisait plus les cours du vendredi soir car il préférait assister aux séances de zikr de la « Hadaratoul jum’a ».  Malgré cette situation, il était parmi les meilleurs de sa classe et il animait les débats islamiques qui éblouissaient son auditoire.

Émissaire d’un monde invisible et résidant dans un monde bruyant, Seydi Mouhamed El Cheikh fit le choix d'abandonner l'école française car ce n’était pas son chemin. Ce choix, dicté par les voix célestes, amena la mère aimante Seyda Binta Fall à lui poser la question suivante : « Cheikh, est ce que tu penses à ton avenir ? ». Avant même qu’il ne réponde, Mawlâya Cheikh Tidjâni lui apparut sous forme de lumière et lui dit de répondre que : « son avenir sera radieux et que toute personne qui voudra d'un avenir radieux, passera par lui ».

Seydi Mouhamed EL Cheikh commença sa formation spirituelle (d’ici-bas) que lui faisait subir le grand maître Mawlâya Cheikh Tidjâni. D’abord, il recevait des secrets par l’intermédiaire du grand pôle secoureur Serigne Babacar Sy. Celui-ci lui a d’ailleurs attribué le titre de Sangbi ('’le noble seigneur'' ou le ‘’seyyidi’’ en arabe) dans une révélation à un de ses fervents disciples. Dans la suite de cette formation qu’il qualifia de « tarbiya ‘’formation spirituelle'' à distance », Seydi Mouhamed EL Cheikh reçut également des secrets et sciences mystiques via Cheikh Elhaj Oumar, Cheikh Elhaj Malick Sy et Cheikh Ibrahima Niasse. 

C’est en 2006 que Mawlâya Cheikh Ahmad Tidjâni est revenu lui notifier : « qu’il n’y a plus d’intermédiaire entre toi et moi. Tu as parachevé tout ce qui est formation mystique et zikr, tu as maintenant libre accès sur toutes les catégories de zikr, pratique les selon tes préférences ». Cette formation spirituelle terrestre est allée de pair avec ses voyages dans les univers célestes qui témoignent aujourd’hui de la particularité de ses enseignements.

En 2004, il fonda la ‘’Dâhiratoul Imâne’’ sous l’ordre de Mawlâya Cheikhou Tijani chérif. Le premier siège de ce cercle spirituel fut à Ndiolofène de Saint-Louis alors que Seydi Mouhamed EL Cheikh résidait à Sor. Quelques temps après, la lumière se déplaça à Sor, puis à Pikine. Là, le cercle du ‘’zikr’’ ne renfermait que des disciples nouveaux nés dans la philosophie spirituelle. La complexion chaude due au sang de la jeunesse, mêlée à la lumière du ‘’Zikroul Ouloûhiyât’’, retentissait alors de partout. Aujourd’hui, la Dâhiratoul Imane compte des cellules dans tous les continents : plusieurs au Sénégal et en Afrique, en Europe, aux Amériques, etc.

Le lundi 10 Avril 2006, à l'âge de 23 ans, Seydi Mouhamed EL Cheikh élabora la première édition du ‘’Mawlidoun Nabi’’ qui avait eu lieu à Sor Diagne, dans une salle. Lors de cette cérémonie, il a su tenir un discours de minuit à 6h00 du matin, ce qui a été apprécié comme un test réussi par toute l’assistance de la ‘’Hadaratoul Ilâhiya’’. Ce dernier est le rassemblement des élus de Dieu qui se tient chaque nuit du vendredi au sixième ciel, dans une immense salle blanche. Il est présidé par le Prophète Seydi Ahmed, la source des bienfaits, en tant que Président ; par sa suprématie légendaire Mawlâya Cheikhou Tidjâni en tant que secrétaire général ; par le plus grand pôle secoureur ‘’Khoutboul Akhtâboul Kabîr’’ en tant que représentant de Mawlaya Cheikhou Tidjâni ; par le pôle secoureur contemporain ‘’Khoutbou Zamane’’ chargé de tenir le discours à l’ensemble des saints ayant achevé une formation spirituelle complète qui leur a permis d’assister même à cette réunion. Seydi Mouhamed El Cheikh a commencé à présider cette séance extraordinaire permanemment à l'âge de 14 ans, bien qu’il y ait assisté pour la première fois à l'âge de 9 ans.

Aujourd’hui, la célébration du Maouloud a pris une ampleur grandissante à telle enseigne que les disciples affluent de partout dans le monde pour venir y assister.

Le lundi 27 septembre 2009, il inaugura la ville sainte de Médina Cheikh par un ‘’wazifa’’. Ce lieu devenu aujourd’hui une presqu’île, fut le lieu de l’inauguration de la Terre, lorsque sur l’ordre de Dieu, le prophète Seydi Ahmed (PSL) s’y était rendu pour la première fois avant l’arrivée de notre aïeul Adam (PSL). Il était accompagné de Mawlâya Cheikhou Tidjani et du ‘’Khoutboul Akhtâboul Kabîr’’. Lors de leur descente sur la planète, Ils siégèrent sur une parcelle de terre de 150 m2 et y formulèrent des prières pour bénir la Terre avant de repartir au ciel. Pour réitérer ce moment de pure méditation spirituelle et événement unique dans l’histoire sainte, Mawlâya Seydi Mouhamed El Cheikh s’est installé le lundi 10 Mai 2010 à Médina Cheikh, exactement sur cette parcelle de terre, sous l'ordre de Mawlâya Cheikh Tidjâni. Aujourd’hui, la Zawiya Mawlâya Cheikh Tidjâni y est édifiée et fait office de haut lieu de recueillement, recevant les séances de zikr en groupe (wazifa et Hadaratoul Juma), de même que les cérémonies annuelles : célébration de l’anniversaire du saint homme, et la Nuit de Mawlâya Cheikh Tidjâni, qui précède à la commémoration du Maouloud. Mawlâya Seydi Mouhamed EL Cheikh nous informa plus tard que cette cité de Cheikh Tidjâni a été promue pour accueillir le démarrage de la mission universelle de la fin des temps.

BAST

Médina Cheikh, la porte ostensible d’Al-Bast

En 2011, Seydi Mouhamed El Cheikh épousa la sainte Sokhna Oulimata Diop à qui il avait déjà donné le Wird de la Tidjaniya. En 2012, Sokhna Oulimata est bénie d’une enfant appelée Sokhna Bineta. Son homonyme (Sokhna Bineta Sène) est la première femme à avoir reçu le Wird de la ‘’Tariqa’’ chez Seydi Mouhamed El Cheikh, dans ce monde visible.

Le 10 Avril 2013, exactement lorsqu’il venait juste de fêter ses 30 ans, démarra officiellement sa mission de porter à la connaissance du monde, la dimension spirituelle jamais révélée de Mawlaya Cheikhou Tijani. Plus de 20 ans après sa rencontre avec le Grand Pôle Caché, le discours de Seydi Mouhamed EL Cheikh n’a pas changé. Il diffuse le message que tous doivent connaître : la suprématie légendaire de Mawlâya Cheikh Tidjâni. Ce dernier est en effet l’intermédiaire spirituel et porte d’accès du Prophète (le khatmiya) par rapport à toutes ses relations avec les créatures, y compris les autres prophètes. Après la prééminence du Prophète (P.S.L) sur toutes les créatures en matière de degré spirituel et de proximité avec Dieu, celui qui vient après lui est son Khatmiya Mawlâya Cheikh Tijâni, l’authentique chérif de lumière qui l’a toujours accompagné depuis le monde Al Bast. C’est ainsi que Mawlâya Seydi Mouhamed El Cheikh proclama que : « tout ce que Mawlâya Cheikh Ahmad Tidjâni a affirmé à travers l’histoire, et que certains ont démenti dans des livres, je vais le prouver aux hommes : c’est cela mon objectif » avant son expression miracle de 2019 : « Patience ! Patience ! » car le futur proche édifiera tout le monde.

LA MISSION BAT SON PLEIN AU SENEGAL

Traversant vents et marées, Seydi Mouhamed EL Cheikh se déplace devant les communautés et un peu partout au Sénégal, pour diffuser ses enseignements capitaux sur L’Islam et la Tidjânia. C’est lui l’homme des révélations et l’enseignant maître de l’histoire sainte. D’ailleurs même en 2016, il révéla au grand public la date du début de l’apocalypse, avant de préciser qu’elle durera 17 ans. Mawlâya Seydi Mouhamed EL Cheikh décortique dans une précision jamais espérée les mystères du domaine divin. Ses éminentes causeries sur les dimensions mystiques de célèbres figures de la Tidjânia, ont fait beaucoup connaître sur la vie spirituelle céleste des élus d’Allah ; dans un exposé unique, il a illustré les deux grades de Mawlâya Cheikh « Le Khatmiya et le Katmiya », sans parler de ses révélations inédites sur Ghaïb  via ses enseignements « À la Découverte des 7 cieux », « À la Découverte des 7 Terres », les mondes « Ghaïb et Ghaïchiya », l’assemblée céleste de la « Hadaratul Ilâhiya », le « Baytil Mahmûr », les « Mystères du Lâzim », « Mystères du Wazifa », pour ne citer que ceux-ci. Le fils spirituel de Cheikh Tidjâni ne cesse en effet d’illuminer les cœur et esprit, par ses précieux enseignements.

Aujourd’hui, sa Tournée Nationale est presque connue de tous, évènement où il diffuse des conférences de hauts niveaux sur l’Islam, et les réalités du monde Ghaïb.

En l’an 2017, un groupuscule pernicieux a envahi les réseaux sociaux, créant mensonges et rumeurs sur lui pour vouloir ternir son image. Cependant, Seydi Mouhamed El Cheikh, armé de la détermination d’un lion et de la bonté sage du Prophète, était au courant bien avant de l’échec de leur ruse. Sa réponse a été : « Je leur pardonne tous car ils ignorent l’ampleur de cette mission », avant d’ajouter que « les véritables ennemis de cette mission ne sont pas encore là ».

LA MISSION UNIVERSELLE DE SEYDI MOUHAMED EL CHEIKH

« Cheikh Tidjâni m’a confié une mission, et elle ne concerne pas uniquement ce pays, elle est universelle » est une précision ressortit souvent de son discours. Cependant, c’est à partir des années 2016 que le sens de cette épitre commença à se manifester, lorsque Mawlâya Seydi Mouhamed EL Cheikh entama une série de révélations inédites sur la mission de l’imam Al Mahdi. Depuis la descente du Prophète Jésus a.s où il décortiqua les secrets célestes de la création de Jésus, de même que la description réelle de son retour, le déchiffrage de toute l’histoire de l’imam Al Mahdi : depuis le cheminement futur de son épopée, les réalités mystiques de son Turban vert, Pourquoi Al Mahdi ne tuera pas Dajjal, le tampon de l’imam Al Mahdi, etc. sont autant de révélations confirmant que celui qui détient ces précisions, ne pouvait être autre que l’imam lui-même. C’est ainsi qu’il rappela que : « Plusieurs milliers de personnes ont revendiqué la mission de Al Mahdi ignorant que celle –ci n’est pas une mission qu’on revendique soi-même ou que des disciples la clament pour leur guide, la mission de l’imam Al Mahdi : on la prouve ». Cette confirmation se réalise en deux périodes : la ‘’Période des Révélations (à partir de ses 33 ans)’’ qui correspond à la révélation des secrets de la mission, des pures sciences de Ghaïb et des objectifs de l’imam ; ensuite viendra la deuxième phase synonyme de ‘’Période des Grands Miracles (à partir de ses 40 ans)’’ qui correspondra au début officiel de la mission de l’imam Al Mahdi, précisément durant l’an 2022.

Mawlâya Cheikh Ahmad Tidjâni avait affirmé que l’imam Al Mahdi fera partie de la Tariqa Tijâniya et qu’il prendra le wird de lui, bien qu’il sera retourné au Barzakh (après son décès). C’est ainsi que tous les walious et grandes figures de la Tidjânia le confirmèrent à travers l’histoire comme le pieux Seydi Hâji Malick Sy dans son Fâkihatu Tulâb. Or, Seydi Mouhamed EL Cheikh reçut le wird de son maître exactement comme le Prophète (P.S.L) avait fait pour le Cheikh Tidjâni : revenir de l’au-delà pour lui octroyer les rênes de la Tarîqa Tijânia.

Seydi Mouhamed EL Cheikh est un authentique chérif et petit fils spirituel du Prophète depuis l’univers Al Bast (Réalité du Néant). Ce dernier est le monde qui accueille Dieu dans Son originalité, personne parmi les créatures y a accès, excepté trois : le Prophète Seydi Ahmed (P.S.L), Mawlâya Cheikh Tidjâni et Qutbul Aqtâbul Kabîr. Après Mawlâya Cheikh Tidjâni, personne parmi les awliya n’a atteint le degré de Cherîfia de Seydi Mouhamed EL Cheikh. Sur le plan de sa vie antérieure céleste, il a vécu dans la lumière de Mawlâya Cheikh Tidjâni pendant 385 ans. Mawlâya Cheikh l’a engendré dans son domaine Noûrâniyou au monde AL Bast et c'est lui qui lui a donné le nom du Prophète « Mouhamad ». Dans ce même monde Al Bast, il y a aussi vécu dans la lumière du Prophète pendant 499 ans. C’est le Prophète qui, après l’avoir engendré dans son domaine de lumière, lui attribua le nom de Cheikh Tidjâni d’où son nom « Cheikh ». Les glorifications qu’il faisait en tournant autour de la lumière Divine en compagnie du Prophète (499 ans) et de Mawlaya Cheikh Ahmad Tidjâni (385 ans), lui ont valu une récompense représentée par une lumière spéciale nichée dans le « Alif » et le « Lâm » (EL). C’est ainsi l’origine du nom : « Seydi Mouhamed EL Cheikh ».

Comme le Prophète (PSL) avait ordonné à tout musulman de soutenir l'imam lorsqu'il apparaîtra, plusieurs structures conscientes de la mission de Seydi Mouhamed EL Cheikh, s'activent aujourd’hui dans la diffusion de son message partout dans le globe. C’est le cas de la chaine YouTube « Les Enseignements du Mahdi » (en français, en anglais, etc.) entre autres organes. Aujourd’hui, tous ceux qui ont écouté les enseignements de Seydi Mouhamed EL Cheikh ressentent au tréfonds de leur âme, la lumière de sa science qui confirme inéluctablement l’originalité de sa parole et l’authenticité de son discours en tant que sauveur tant attendu de l’humanité. 

« Je conduirai cette mission de 2022 jusqu’à 2075 » sont des mots maîtres qui résonnaient dans ses discours. Également, il avait informé que : « je révèle des chiffres clairs et précis (sur ma mission) car Cheikh Tidjâni cherîf m’a informé et préparé sur tous les plans ».

Du fait entre autres de la dangerosité de sa mission, Seydi Mouhamed EL Cheikh a été méticuleusement préparé depuis le ciel. Il a été garni de tous les pouvoirs mystiques et grades spirituels les plus précieux, depuis le grade élite de Qutb Zamane, le Qutbul woujûdi, Qutbul Qâfeyni, jusqu’au domaine privé du khatmiya (Qutbatul Ouzna et Qutbâniyatul Kanzam), Mawlâya Cheikh Tidjâni a tout décerné à son bienaimé fils.

En tant que dernier Khalife de Mawlâya Cheikh sur Terre (et Premier dans la Haqîqa), il détient les véritables secrets de la ‘’Tidjaniya’’, et le pouvoir de la vraie formation spirituelle qui mène les disciples à la découverte des mystères d’Allah.

L’ensemble des réalisations actuelles de Seydi Mouhamed EL Cheikh relèvent de sa mission qui est un cadeau pour l’humanité. Aujourd’hui, il est le guide parfait de milliers de jeunes et adultes (et bientôt des milliards), qui n’ont auparavant jamais pu découvrir la lumière de la Tidjaniya qu’il leur a donnée gracieusement parce qu’étant la source même de cette lumière.

Mawlâya Cheikhou Tidjani, le détenteur du pouvoir absolu.

Cheikh Ahmad At-Tidjani

Auteur : Alioune Dièye.

Modification : MedinaCheikh.com

Correction et Amélioration : Seydi Mouhamed El Cheikh, Moussa Fall, Mawo Fall.